Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
HISTOIRE DE FRANCE,HISTOIRE,POLITIQUE ET PROTESTANTISME

allemagne

C’est un rempart que notre Dieu, protestant, histoire, allemagne

19 Août 2016 , Rédigé par hugo Publié dans #protestants, #histoire, #allemagne


Télécharger
Envoyer à un ami
Commenter
Partager


C’est un rempart que notre Dieu
Chorale La Cévenole - 1984
Musique


0:00
/ 4:06

« C’est un rempart que notre Dieu » est un chant de Luther.


Il exprime avec force et vigueur, la réalité de la protection de Dieu, du Dieu tout puissant dans toutes les circonstances de nos vies.

Vous pouvez télécharger les paroles de ce chant en cliquant ici:


http://www.tresorsonore.com/media/docs/c_est_un_rempart.pdf

Vous avez aimé C’est un rempart que notre Dieu, continuez votre recherche :

http://www.tresorsonore.com/fiche-16386.html

Lire la suite

Une exposition pour 2017,protestant,histoire,allemagne,

18 Août 2016 , Rédigé par hugo Publié dans #protestants, #histoire, #allemagne, #martin luther

Accueil > Vie protestante > Une exposition pour 2017
Une exposition pour 2017
Une exposition pour 2017


La région Sud-Ouest prépare une exposition sur Luther dans le cadre des 500 ans de l’affichage des 95 thèses de la Réforme. Rencontre avec le pasteur Christophe Jacon, coordinateur de l’équipe.
Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris


Publié le 14 août 2016


Auteur : Robert Delabouglise



En préparant cette exposition, qu’avez-vous appris sur Luther ?


Christophe Jacon : Beaucoup de choses. Et je ne suis pas le seul ! Chaque membre de l’équipe a appris de ce travail. N’étant pas des spécialistes de la question, sans être tout à fait des ignares non plus, nous étions mieux à même de faire des découvertes… Du coup, nous avons décidé de commencer par ces éléments qui nous ont surpris. Chaque panneau commence par : Savez-vous que Luther… Un exemple : nous avons appris que la Réforme a non seulement assis une certaine théologie mais surtout… les fidèles ! Avant Luther, seuls les religieux pouvaient s’asseoir…


Quels sont les membres de l’équipe qui ont travaillé ?


Nous sommes trois : Nadine Revial, conseillère presbytérale à Tarbes, et Nicolas Boutié, historien, président du Conseil presbytéral du Lauragais. La diversité de l’équipe est riche. Les connaissances de Nicolas en histoire sont précieuses et le regard critique de Nadine nous permet de ne jamais perdre de vue le premier objectif que nous nous sommes fixé pour cette exposition : utiliser un langage accessible à tout un chacun, qu’il soit membre de nos communautés locales ou pas. Cet objectif est exigeant. Cela nous oblige à rejeter le « patois de Canaan » et à utiliser des mots issus du langage courant. Je ne voudrais pas oublier, parmi les personnes impliquées dans cette expo, Alain Pelissier, président du Conseil régional du sud-ouest, vigilant correcteur, et Gilles Vidal, professeur d’histoire à l’Institut de théologie de Montpellier qui a relu les textes de chaque panneau.


À qui s’adresse l’exposition ?


Nous avons voulu nous adresser au grand public. Ainsi, des dessins illustrent les panneaux. En 2017, il y aura quantités de livres sur Luther, de magazines ou de documentaires. Parmi le grand public, nombreuses seront les personnes à se demander qui est ce moine allemand et ce qu’il a pu faire de si génial pour que 500 ans après on se souvienne de lui. L’exposition veut répondre à cette question. Elle est résolument tournée vers l’actualité de Luther : quelles sont ses traces dans notre société ? Et tout cela dans un format très court.


Parmi les thèmes, certains sont attendus, d’autres comme Le désir et la sexualité étonnent. Qu’a apporté Luther dans ce domaine ?


C’est sans doute un des panneaux les plus intéressants. Sans dévoiler son contenu, il est possible de dire que Luther s’est inscrit en faux contre une diabolisation de la sexualité. Pour lui, elle s’inscrit dans la volonté du projet créateur de Dieu.


Et si on a envie d’aller plus loin ?


Avec l’exposition sera édité un livret, beaucoup plus complet. Il compte 104 pages. Chaque sujet de l’expo est développé sur huit pages avec citations de Luther, anecdotes, exposé de sa théologie. Ce livret sera un outil pour former les guides de l’exposition. Mais le public désireux, après sa visite, d’en savoir plus sur Luther et les divers sujets évoqués dans l’exposition pourra l’acquérir.


- See more at: http://regardsprotestants.com/une-exposition-pour-2017/#sthash.qzgRsaxF.dpuf

http://regardsprotestants.com/une-exposition-pour-2017/

Lire la suite

Paul Tillich,protestant,allemagne,extreme droite,

12 Mai 2016 , Rédigé par hugo Publié dans #protestants, #allemagne, #extreme droite, #livres

Le concours photo Wiki Loves Earth : téléversez vos photos des aires protégées de France pour aider Wikipédia et gagnez des prix !
Paul Tillich
image illustrant le protestantisme Cet article est une ébauche concernant le protestantisme.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Paul Tillich
Bust of Paul Johannes Tillich (daylight).JPG
Buste de Paul Johannes Tillich.


Biographie
Naissance
20 août 1886Voir et modifier les données sur Wikidata
StarosiedleVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
22 octobre 1965Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ChicagoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Allemand, AméricainVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Université Frédéric-Guillaume (en)
Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg
Université Eberhard Karl de Tübingen
Université de WrocławVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Théologien, philosophe, pédagogue, professeur d'universitéVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Université Harvard, université Martin-Luther de Halle-Wittenberg (1916-1918), université Frédéric-Guillaume (en) (1918-1924), université de Marbourg (1924-1925), université technique de Dresde (1925-1927), université de Leipzig (1927-1928), université Goethe de Francfort-sur-le-Main (1929 - avril 1933), Union Theological Seminary (octobre 1933-1955)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Première Guerre mondiale (1914-1918)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Bourse Guggenheim
Grand officier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (d)
Prix de la paix des libraires allemands (1962)Voir et modifier les données sur Wikidata
modifier - modifier le code - modifier WikidataDocumentation du modèle
Paul Johannes Tillich (20 août 1886 Starzeddel, Allemagne - 22 octobre 1965, Chicago) est un écrivain et théologien protestant. Ses cendres reposent au Paul Tillich Park dans la ville de New Harmony.


Sommaire [masquer]
1 Biographie
2 Œuvres traduites
3 Œuvres sur Paul Tillich
4 Voir aussi
Biographie[modifier | modifier le code]
D'origine allemande, il fut chassé de l'Université pour avoir pris la défense d'étudiants juifs molestés par les nazis, et s'exila alors aux États-Unis. Paul Tillich est l'un des plus grands théologiens du xxe siècle. Il avait participé en 1928 au premier cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands. Sa Théologie systématique est son œuvre maîtresse. Elle comporte une importante introduction méthodologique, et cinq parties intitulées Raison et Révélation, L'Être et Dieu, L'Existence et le Christ, La Vie et l'Esprit, L'Histoire et le Royaume (trois volumes dans l'édition américaine, cinq - un par partie - dans la traduction française).


Tillich exercera une forte influence sur de nombreux penseurs de la seconde moitié du xxe siècle, parmi lesquels Paul Ricœur et René Girard.


Œuvres traduites[modifier | modifier le code]
Le Courage d'être, traduction et introduction de Jean-Pierre LeMay, Genève, Labor et Fides, 2014, 224 p.
Dogmatique, Cours donné à Marbourg en 1925, Traduction de Paul Asselin et de Lucien Pelletier, Introduction de Jean Richard, 1997, Cerf
Substance catholique et principe protestant, traduction et Introduction sous la direction d'André Gounelle, 1996, Cerf
Écrits contre les nazis (1932-1935), traduction de Lucien Pelletier, Introduction de Jean Richard, Cerf
Christianisme et Socialisme, Écrits socialistes allemands (1919-1931), traduction de Nicole Grondin et Lucien Pelletier, Introduction de Jean Richard, 1992, Cerf
La Dimension religieuse de la culture, Cerf
Écrits du premier enseignement (1919-1926), traduit de l'allemand par une équipe de l'Université Laval avec une Introduction de Jean Richard, 1990, Cerf
Amour, la puissance, et la justice: Analyses ontologique et éthique Applications, Paul Tillich. New York, Oxford University Press, 1954.
Œuvres sur Paul Tillich[modifier | modifier le code]
Paul Tillich. Une foi réfléchie. Par André Gounelle. Editions Olivétan. 2013
Voir aussi[modifier | modifier le code]
https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Tillich

Lire la suite

1516, l’année d’avant,protestant,histoire,allemagne,martin luther

6 Avril 2016 , Rédigé par hugo Publié dans #protestants, #histoire, #allemagne, #martin luther

Accueil > Vie protestante > 1516, l’année d’avant
1516, l’année d’avant
1516, l’année d’avant


Avant 1517, il y a eu 1516, comme aurait pu le dire M. de la Palisse. Mais que s’est-il passé en 1516 qui explique que Luther affiche ses 95 thèses l’année suivante ? Petit état des lieux.
Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris


Publié le 3 avril 2016


Auteur : Anne-Marie Balenbois



Les causes profondes de la Réforme sont anciennes et si l’on observe attentivement le calendrier des événements, le mouvement réformateur semble bien le fruit d’une évolution lente mais inéluctable. Cependant, l’année 1516 est celle de la mise en place des éléments qui précèdent immédiatement le choc de 1517. Du côté des humanistes, des théologiens et des politiques, tous les acteurs sont présents.


Théologie : les temps sont mûrs


Du côté des humanistes, Erasme soutient que les Écritures peuvent être lues et comprises par le peuple, à condition qu’on l’autorise à utiliser des traductions dans les langues connues et parlées par lui. Il publie à Bâle en 1516 le Novum Instrumentum, dédié au pape Léon X. Il propose un Nouveau Testament en grec et latin, en s’appuyant sur des manuscrits disponibles en grec ; la version de saint Jérôme, la Vulgate, est donc laissée de côté. C’est peu dire qu’il émet des idées révolutionnaires : Je souhaite que les femmes lisent l’Évangile (…) que les laboureurs, le tisserand les chantent à leur travail. Le baptême, les sacrements appartiennent à tous les chrétiens ; pourquoi le dogme serait-il connu seulement des théologiens et des moines ? L’ouvrage marque un tournant et sera édité plus de 200 fois avant la fin du siècle. La même année 1516, le concile de Latran V décide que toute publication doit être soumise à l’approbation des autorités ecclésiastiques. Les ecclésiastiques aussi aspirent aux réformes, dont un certain Ulrich Zwingli, curé de Zurich, qui fait connaître son opinion en 1516. De son côté, Martin Luther a déjà entamé sa réflexion. Celui qui est encore professeur d’Écriture sainte à l’université de Wittenberg et ermite augustinien au couvent d’Erfurt, fait paraître un Commentaire de l’Épître aux Romains de saint Paul, où il croit pouvoir affirmer le sola fide, la justification par la foi seule, les œuvres ne pouvant sauver les hommes.


Politique : mise en place des acteurs


L’année 1516, dans le domaine des idées politiques, est celle de la parution du Prince de Machiavel. En Italie, la papauté s’expose depuis longtemps aux critiques, inconsciente des conséquences que ses choix politiques, théologiques et humains vont avoir dans quelques années. En 1516, le pape Léon X, un Médicis, fait donner le duché d’Urbin à son neveu, dépossédant son titulaire qui était lui-même le neveu du pape précédent, le redoutable Jules II. En Espagne, Charles de Gand, prince de Habsbourg, devient le roi d’Espagne (Castille et Aragon) Charles Ier. Il sera plus connu sous le nom de Charles Quint, une fois élu empereur du Saint-Empire romain germanique et c’est lui qui aura à gérer la Réforme en Allemagne. En Angleterre ? Tout va bien, Henri VIII, prince cultivé, règne en harmonie avec son épouse Catherine d’Aragon. Seule inquiétude, la reine met au monde des enfants qui ne vivent pas, sauf une fille qui semble plus résistante : c’est la future Marie Tudor. En France, le jeune roi François 1er (21 ans) dont c’est la 2e année de règne, signe avec la papauté le concordat de Bologne, qui va régler les rapports de l’Église catholique et de l’État jusqu’à son abrogation par l’Assemblée constituante en 1790. Il s’agit donc d’un texte d’une très grande importance, qui renforce le pouvoir royal en lui donnant le droit de nomination à presque tous les gros bénéfices (10 archevêchés, 82 évêchés, 527 abbayes…). En clair, c’est le roi qui contrôle l’Église de France ; il s’en servira pour récompenser les grandes familles, qui se servent largement en récupérant à leur profit, en moyenne, plus de la moitié des revenus de leurs charges. Un enfant de sept ans du nom de Jean Calvin grandit tranquillement à Noyon, en Picardie. Dans toute la chrétienté, nombreux sont ceux qui estiment indispensable une grande réforme de l’Église, mais la majorité espère qu’elle pourra se faire à l’intérieur des institutions.


- See more at: http://regardsprotestants.com/1516-lannee-davant/#sthash.aEezUCKJ.dpuf

http://regardsprotestants.com/1516-lannee-davant/

Lire la suite

Martin Luther (1483-1546),protestant,histoire,allemagne,

2 Avril 2016 , Rédigé par hugo Publié dans #protestants, #histoire, #allemagne, #martin luther

Visite de l'Oratoire du Louvre


1) intérieur actuel - 2) extérieur actuel - 3) au XVI-XVIIe - 4) au XVIIIe - 5) au XIX-XXe - 6) histoire




plan de l'Oratoire du Louvre


Martin Luther



+ Retour à l'introduction
Le quartier du Louvre
L'enceinte de Philippe Auguste
L'hôtel du Bouchage
La rotonde
Le maître-autel
La chaire à prêcher
Le tombeau de Bérulle
La devise des Oratoriens
Les chapelles latérales
L'entrée royale
Cérémonies royales
Entrée provisoire
Le tableau de Coypel
Lefèvre d'Étaples
Jean Calvin
Martin Luther
Amiral de Coligny
Henri IV
Cardinal de Bérulle
Jaques Lemercier


Martin Luther
Martin Luther
Martin Luther Martin Luther


3) Genèse de l'Oratoire du Louvre XVIe - XVIIe


Martin Luther (1483-1546)


Martin Luther est né en Saxe en 1483 dans une famille paysanne. À cette époque où la vie est si peu de chose, la seule mais très forte préoccupation spirituelle des Européens est de savoir comment être sauvé, c’est-à-dire comment échapper aux peines éternelles.


Une Eglise aux réponses insuffisantes


Tout ce que l’Eglise trouve alors à répondre aux angoisses de ses Fidèles c’est : "faites confiance à l’Eglise", "obéissez-lui", "confessez-vous aux prêtres", etc... Cela étant insuffisant, l’Eglise invente la doctrine du Purgatoire, puis la doctrine des Indulgences.


La quête désespérée d’un moine


Après des études qui le conduisent au grade de maître es Arts, Martin Luther, à la suite d’un serment fait à Sainte-Anne au cours d’un orage, entre au Couvent des Ermites de Saint-Augustin d’Erfurth en 1505 à 22 ans. Ordonné prêtre en Avril 1507, docteur en Théologie en 1512, il est alors nommé professeur de théologie à l’Université de Wittenberg en Saxe.


Homme de son temps, durant toutes ces années, il tremble devant Dieu et craint pour son salut. Ni l’Eglise, ni les théologiens n’arrivent à calmer l’angoisse permanente qui étreint ce moine fervent et scrupuleux.


Un théologien ébloui par la vérité


Travaillant la Bible pour préparer ses cours, Martin Luther redécouvre peu à peu que le Salut ne se monnaie pas, ne se mérite pas, mais qu’il est accordé gratuitement par Dieu à celui qui croit en Jésus-Christ. Ebloui et libéré intérieurement, il commence dans ses cours à enseigner le salut gratuit.


Un théologien seul face à son Eglise


Au nom de la gratuité du salut, le théologien Luther s’oppose de toutes ses forces à la vente des Indulgences que délivre le pape aux pénitents. Le 31 Octobre 1517, il affiche sur la porte de l’Eglise de Wittenberg ses "95 Thèses sur les Indulgences". Le procédé, normal pour l’époque, ne choque personne. Par contre, les Thèses s’en prenant indirectement au pape sont, elles, très violemment attaquées par les partisans de celui-ci.


Un chrétien rejoint par des millions d’autres chrétiens


La Bonne Nouvelle se transmet comme une traînée de poudre dans toute l’Europe : Dieu offre gratuitement le salut et la paix intérieure à ceux qui croient en Jésus-Christ. Plus besoin d’argent pour acheter des Indulgences pontificales pour soi-même ou les siens. Plus besoin d’Indulgences du tout. Plus besoin d’être riche ou influent pour échapper aux peines éternelles. Quelle libération spirituelle pour tous ces gens obsédés par la mort et la damnation. Mais aussi quel manque à gagner pour l’Eglise d’Occident à bout de souffle.


La réaction des Autorités civiles


Après de nombreux débats entre théologiens, la nouvelle doctrine occasionnant quelques troubles, l’Empereur d’Allemagne, Charles-Quint, convoque Luther en 1521 devant la diète de l’Empire à Worms. L’Empereur accorde un sauf-conduit au théologien pour qu’il puisse se rendre à cette convocation en toute sécurité.


Martin Luther s’y rend, prêt au sacrifice, en effet, juste un siècle plus tôt en 1415, le pré-réformateur Jean Hus se rendant au Concile de Bâle avec un sauf-conduit de l’Empereur d’Allemagne a, néanmoins, été arrêté, jugé et brûlé vif. Quant au franciscain Savonarole, cela fait à peine 20 ans qu’il a été exécuté à Florence.


Luther y soutient fermement sa façon de penser : "À moins d’être convaincu par le témoignage de l’Écriture et par des raisons évidentes - car je ne crois ni à l’infaillibilité du pape ni à celle des conciles (il est manifeste qu’ils se sont souvent trompés et contredits,) je suis lié par les textes bibliques que j’ai apportés, et ma conscience est liée par la Parole de Dieu. Je ne puis ni ne veux rien rétracter, car il n’est ni sûr ni salutaire d’agir contre sa conscience. Que Dieu me soit en aide. Amen."


Mis au ban de l’Empire, Luther doit s’enfuir sous la protection de l’Electeur de Saxe. Semi-prisonnier au château de la Wartbourg pendant 9 mois, il en profite pour traduire la Bible en Allemand contribuant ainsi à fixer pour la première fois la langue allemande.


signature de Martin Luther


La réaction des Autorités religieuses


Martin Luther, dans ses débats avec les théologiens mandatés par la papauté se retranche derrière la seule autorité qu’il peut opposer au pape et même mettre au dessus de celui-ci, c’est-à-dire l’autorité de la Bible. En agissant ainsi, il contraint le pape, soit à se démettre, soit à l’excommunier. C’est la seconde solution que choisit le pape qui publie une bulle d’excommunication à l’encontre de Luther dès le 3 Janvier 1521.


Les conséquences de l’excommunication de Luther


Cette terrible erreur de jugement du pape et de ses conseillers fait basculer la moitié de la chrétienté occidentale dans le camp de Luther. La déchirure, dramatique, va générer plusieurs siècles de conflits théologiques, de persécutions et de guerres religieuses d’une brutalité inouïe laissant sur leur passage d’innombrables cadavres et décombres.


La vie d’un théologien excommunié


Désormais Martin Luther va mener un combat incessant contre la papauté, essentiellement par la plume. Ses très nombreux écrits qui, pour la plupart, sont des ouvrages de circonstance, précisent sa doctrine et la développent.


Luther s’éteint en 1546 quelques mois après le début du concile de Trente.


Pour en savoir plus :


Lien externe : Musée virtuel du protestantisme

https://oratoiredulouvre.fr/patrimoine/plan-17-construction.php

Lire la suite

MARTIN LUTHER. REBELLE DANS UN TEMPS DE RUPTURE,protestant,histoire,allemagne,

29 Mars 2016 , Rédigé par hugo Publié dans #protestants, #histoire, #allemagne, #livres, #martin luther

Accueil > Biographie > MARTIN LUTHER. REBELLE DANS UN TEMPS DE RUPTURE >
MARTIN LUTHER. REBELLE DANS UN TEMPS DE RUPTURE
voir MARTIN LUTHER. REBELLE DANS UN TEMPS DE RUPTURE
Caractéristiques :
Auteur : HEINZ SCHILLING JEAN-LOUIS SCHLEGEL
Editeur : SALVATOR
Paru en : novembre 2014
Présentation : Broché, 50 mm * 150 mm * 225 mm, 704 pages, 905 g
Collection : BIOGRAPHIE
Code barre : 9782706711848
Imprimer cette page
Agrandir l'image


29.00 €


Résumé
Avec cet ouvrage de référence, on sort de l’histoire religieuse « ecclésiastique », en général apologétique, pour faire la biographie et le portrait d’ « un homme qui était marqué par son temps et qui a marqué son temps ». Ce qui signifie que Martin Luther est fortement replacé dans son contexte multiple - historique, géographique, social, économique, culturel, politique et religieux - et dans l’état des mentalités de son temps. D’autre part, que la Réforme du réformateur de Wittenberg est replacée aussi dans le contexte des autres réformes de son temps, et notamment celle du catholicisme - dont certaines ont commencé dès la fin du XV° siècle. Cela signifie aussi absence de complaisance pour marquer les limites du personnage Luther et de la Réforme - par exemple son caractère très européen alors que de nouveaux mondes opèrent, en Espagne et au Portugal, dans le sens d’une mondialisation du christianisme ; ou encore ses conflits internes innombrables, au sein même de la « confession » protestante naissante, avec ses compagnons de foi. Néanmoins, cette biographie qui réunit une énorme documentation est aussi très « empathique » pour son héros, un génie religieux dont elle restitue avec précision le parcours.

Heinz SCHILLING (né en 1942) est un historien allemand internationalement reconnu. Il a été professeur à Bieldefeldt, Osnabrück , Giessen et à la Humdoldt Universität de Berlin, dont il est émérite depuis 2010. Spécialiste des débuts de la période moderne (XVI° - XVII siècle) en Allemagne, il est considéré comme « la » référence de l’époque dite « confessionnelle », c’est-à-dire de l’époque qui vient immédiatement après la Réforme et qui se caractérise par une division politique des Etats voire des régions européens selon la confession du prince, en suivant la formule bien connue cujus regio ejus religio. Les travaux de H. Schilling sur le confessionnalisme ont profondément renouvelé la question.

http://www.editions-salvator.com/A-23340-martin-luther.-rebelle-dans-un-temps-de-rupture.aspx

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Martin Luther : rebelle dans un temps de rupture
Heinz Schilling
Responsable(s) : Heinz Schilling, traduit de l'allemand par Jean-Louis Schlegel


Salvator , Paris
collection Biographie , (novembre 2014)


Coup de coeur
Heinz Schilling, historien de renommée internationale, offre une étude intéressante, fouillée et précise. Martin Luther souffre de clichés qui ont la vie dure. Dans L'Oeuvre au noir, Marguerite Yourcenar le décrit comme le gros Luther, un peu cochon ! Efficace mais éloigné de la vérité historique, à laquelle s'attelle l'auteur avec compétence, nous le restituant dans son contexte historique et social. Luther, un homme volontaire qui veut revenir aux seules sources de l’Écriture.
Moine, théologien, exégète... Forte personnalité, il se définit lui-même comme un prophète. Il ne "lâche rien". Parfois excessif : une papauté fondée selon lui par le diable ! Le pauvre Jules II, pas si pauvre d'ailleurs, en prend pour son grade. Ce livre décrit habilement le processus progressif d'une révolution opérée par les idées de Luther tant sur un plan ecclésial qu'universitaire, que politique en Allemagne, et par ricochets à l'Europe entière. Un divorce inéluctable ? Un livre trait d'union dans ce drame conjugal !

http://www.laprocure.com/martin-luther-rebelle-temps-rupture-heinz-schilling/9782706711848.html

Lire la suite

Laisser Dieu être Dieu ,martin luther,protestant,histoire,allemagne,livres,

29 Mars 2016 , Rédigé par hugo Publié dans #protestants, #histoire, #allemagne, #martin luther, #livres

Livres › Arts, société & sciences humaines › Religions › Protestantisme › Théologie protestante
Martin Luther - Laisser Dieu être Dieu.

Laisser Dieu être Dieu (Broché)
Martin Luther
Caroline Baubérot-Bretones (Préfacier), Albert Greiner (Traducteur)
Note moyenne : | 0 avis
POINTS PARU LE : 03/10/2013
Lire le résumé A propos de l'auteur
1 million de livres à découvrir
Livraison à domicile à partir de 0,01 €
Paiement sécurisé, débit à l'expédition
5,50 €
Neuf - Expédié sous 4 à 8 jours
Livré chez vous entre le 7 avril et le 9 avril
Commander
OU
Retirer en librairie
Votre note

Déposer mon avis
Résumé Résumé Vous aimerez aussi Fiche technique Auteur Avis clients
Le parcours inflexible d’un homme qui remit en cause l’image de Dieu qu’on lui avait transmise. Luther (1483-1546) fut un combattant intraitable. Mis au ban de l’Église et de l’Empire romain germanique, il persista à défier le pape en considérant la Bible comme seule source légitime d'autorité religieuse. Mais son principal combat fut spirituel, car c’est contre l’image déformée de Dieu que Luther s’est battu : un Dieu lointain, un juge implacable, en réalité l’ennemi de Dieu, qui détourne l’homme de sa Parole.
De sa confrontation passionnée avec les Écritures, il comprit que la justice divine n’est pas d’abord celle qui condamne les hommes, mais celle qui les sauve. Il prêcha alors un Dieu de grâce, à la Parole libératrice, qui offre à l’homme le salut sans qu’il ait à le mériter par ses oeuvres. Là est la clé de voûte de la théologie luthérienne, qui révisera celle de l’époque.

http://www.decitre.fr/livres/laisser-dieu-etre-dieu-9782757820575.html

Lire la suite

Les grands écrits réformateurs - A la noblesse chrétienne de la nation allemande ; La liberté du chrétien (Broché),protestant,histoire,LIVRES,

29 Mars 2016 , Rédigé par hugo Publié dans #protestants, #histoire, #livres, #allemagne, #martin luther

Résumé Résumé Vous aimerez aussi Fiche technique Avis clients
1520 : A la noblesse chrétienne de la nation allemande et La Liberté du chrétien jettent les fondements de la religion luthérienne. " L'homme est allemand, il s'adresse à des Allemands, entendez à des périphériques qui se sentent humiliés, parce qu'il leur manque un Etat qui, comme le Roi de France, les protégerait, parce que leur incontestable réussite ne les met pas à l'abri du mépris d'une Italie arrogante qui les traite comme on disait jadis des colonies, nous dirons des sous-développés.
Il y a beaucoup de Hans Luther dans ces lignes d'un fils de mineur dont la mère allait au bois mort et qui sait ce que la soupe sur la table entourée d'une nombreuse nichée coûte de peines et d'angoisses aux mains calleuses et aux cœurs rudes mais sensibles de laïcs que Dieu, peut-être, préfère aux moines dodus et aux prélats chamarrés. Beaucoup de démagogie, du populisme, d'étranges naïvetés. " (Pierre Chaunu).







http://www.decitre.fr/livres/les-grands-ecrits-reformateurs-9782080706614.html

Lire la suite