Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
HISTOIRE DE FRANCE,HISTOIRE,POLITIQUE ET PROTESTANTISME

Pourquoi la France compte 27% de mariages mixtes,france,societe,mariage,

20 Janvier 2017 , Rédigé par hugo Publié dans #france, #societe, #mariage

Pourquoi la France compte 27% de mariages mixtes


Par Cécilia Gabizon Mis à jour le 21/06/2010 à 18:41 Publié le 21/01/2010 à 23:48
Abonnez-vous à Figaro Premium 130 commentaires  Facebook  Twitter  Google +  Linkedin  E-mail  Imprimer
Ces unions entre Français et étrangers recouvrent des réalités très différentes. Plus de la moitié sont contractées à l'étranger.
Depuis longtemps, les mariages mixtes sont considérés en France comme un signe d'intégration. Un hymne au modèle national qui voit les immigrés se fondre dans la nation, s'ancrer par les liens familiaux.
Si le comportement matrimonial de la deuxième génération est toujours scruté comme une déclaration d'amour à la patrie, les unions entre Français et étrangers recouvrent désormais des trajectoires très variées. On observe les traditionnelles rencontres entre des immigrés installés en France et tombés amoureux, mais aussi un phénomène nouveau. Beaucoup de Français d'origine étrangère retournent se marier aux pays des parents. Comme à rebours de l'intégration, et pourtant comptabilisés comme mariages mixtes. En 2009, le ministère de l'Immigration a ainsi compté quelque 84.000 mariages mixtes. Plus de 35.500 se sont déroulés sur le territoire national. Tandis que 48.500 ont été contractés à l'étranger. Au total, presque un mariage sur trois est mixte (27%). «C'est un phénomène de masse», reconnaît la démographe France Prioux, de l'Ined. «Mais n'oublions pas que les Français ne se marient plus guère. Ils optent pour l'union libre, le pacs. Il est normal en revanche que les étrangers se marient pour pouvoir vivre en France avec leur conjoint et donc qu'ils soient sur-représentés dans les unions officielles.»
L'augmentation reste saisissante, nourrie par les mariages réalisés hors de France. Les voyages et les séjours professionnels à l'étranger ont multiplié les rencontres. Mais les mariages ont surtout bondi dans les pays d'origine des plus importantes communautés immigrées. Selon les chiffres du ministère des Affaires étrangères, quelque 60% de ces unions ont été enregistrées par les consulats du Maghreb, des pays d'Afrique francophone et en Turquie. Au cours de la dernière décennie, ces mariages au «bled» ou au «village» ont explosé. Ces unions mêlent souvent tradition et stratégie d'immigration, sans qu'il soit toujours possible de les démêler. «Mes parents voulaient absolument me marier avec un Malien pour que je ne devienne pas comme les Françaises», raconte par exemple Aminata, qui a finalement fui cette union avec un cousin. Si les familles font parfois pression, certains jeunes choisissent seuls de prendre femme au «bled». «Les filles françaises peuvent vous lâcher du jour au lendemain , s'insurge Hamid, 30 ans, livreur parti chercher épouse en Algérie à l'été 2005. Elles veulent toujours sortir et n'acceptent pas la vie de famille. Les beurettes sont encore pires. Elles sont tellement surveillées chez elles qu'elles font des bêtises en cachette. Elles sont très dangereuses.» D'autres veulent, comme Koné remplir leur «devoir», «pour mes parents qui l'ont promis au village».
Jusqu'à présent, ces unions intéressaient surtout les responsables de l'immigration. Ils avaient renforcé les contrôles en 2007 pour éviter les mariages forcés et d'éventuelles arnaques aux papiers. À leur tour, les chercheurs tentent de saisir ce phénomène inédit dans sa complexité. Le chômage de masse et l'enfermement dans des quartiers à forte concentration d'immigrés ont alimenté le repli communautaire. En réaction ou par conviction, certains des enfants d'immigrés revendiquent donc le mariage au bled ou l'union endogame, pour des raisons religieuses ou culturelles, note la chercheuse Emmanuelle Santelli, chercheuse au CNRS, dans une première enquête de 2008. Selon elle, toutefois, «l'endogamie ne signe pas forcément un manque d'intégration». D'autres enquêtes lancées par le CNRS et l'Insee devraient permettre d'affiner l'analyse.
Mariages entre européens

Sur le territoire national, les unions mixtes relèvent d'une autre logique. Dopés par les programmes d'échange Erasmus, un quart de ces mariages unissent des Européens. La moitié concerne des Franco-Africains ou Franco-Maghrébins. Aujourd'hui, «près de 35% des beurs s'unissent à des Français de longue date», assure le démographe Jean-Luc Richard. Cette mixité serait d'ailleurs mieux acceptée par les familles de ces derniers. En 1984, plus de la moitié des Français voyaient d'un mauvais œil le mariage de leur enfant avec une personne d'origine arabe. Aujourd'hui, ils sont 27% à repousser l'idée d'une union avec une personne d'origine arabe, 21% pour un Africain et 14% pour les Asiatiques, selon les chiffres d'un récent sondage Ifop pour l'hebdomadaire La Vie…
La tolérance affichée progresse d'ailleurs partout. Aux États-Unis, des enquêtes du Pew Center montrent depuis peu une ouverture inédite aux unions entre Noir et Blanc… mais peu de concrétisation. Le nombre de mariages mixtes y reste très faible. Tandis qu'en France, La profonde transformation de la société ces dernières années a entamé la norme endogame qui avait jusqu'alors prévalu. Un jeune majeur sur cinq compte un parent étranger.


SERVICE

» Trouvez l'amour avec lefigaro.fr/rencontres et Parship.fr

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/01/21/01016-20100121ARTFIG00021-pourquoi-la-france-compte-27-de-mariages-mixtes-.php

Lire la suite

Les protestants français combattent ouvertement le Front national,protestant,fn,extreme droite,

20 Janvier 2017 , Rédigé par hugo Publié dans #protestants, #FN, #extreme droite

Les protestants français combattent ouvertement le Front national


Par Jean-Marie Guénois Mis à jour le 19/01/2017 à 20:10 Publié le 19/01/2017 à 19:15
François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France, n'a pas hésité à mettre en garde les Français .
Abonnez-vous à Figaro Premium 136 commentaires  Facebook  Twitter  Google +  Linkedin  E-mail  Imprimer
Lors d'une cérémonie des voeux en présence du premier ministre Bernard Cazeneuve, mercredi soir à Paris, le président de la Fédération Protestante de France, François Clavairoly, a estimé qu'une victoire du FN lors de la prochaine élection présidentielle serait une «honte» pour la France.
Il est rare qu'un responsable religieux se mouille explicitement en France sur une question aussi politique que l'élection présidentielle. Mercredi soir à Paris, François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France, n'a pas hésité à mettre en garde les Français contre un vote en faveur du Front national.
À la Cité du Refuge, construit par Le Corbusier et tenue pour les pauvres, par l'Armée du Salut, il présentait alors ses voeux annuels, en présence du premier ministre, Bernard Cazeneuve et du ministre de l'intérieur, Bruno Le Roux. Une occasion de lancer également en France l'année de commémoration des 500 ans de la réforme luthérienne.
«J'espère que les discours et les ricanements des parleurs du Front national, a déclaré François Clavairoly, n'auront pas l'écho que certains observateurs lui prédisent et que nous n'aurons pas honte de nos choix lors de la présidentielle qui s'annonce. Je forme le vœu que l'on ne dira jamais en une forme d'analyse prédictive que l'extrême droite sera bientôt le premier courant de pensée dans notre pays.»
«Des discours populistes auxquels même les plus vigilants se laissent parfois prendre»
Ce responsable protestant venait de déplorer le contexte «désenchanté» de cette campagne politique qui a perdu «sa dynamique d'inclusion»: «L'absence d'un grand projet pour le pays crée de la désillusion et ouvre la voie au cynisme et au repli sur soi. Et dans un contexte international peu rassurant, la prise de conscience de la fragilité de notre système et surtout de notre démocratie elle-même - à laquelle le protestantisme a tant contribué - n'empêche pas de laisser de plus en plus de place à des discours populistes auxquels même les plus vigilants se laissent parfois prendre.»
Sur le plan des «spiritualités et des croyances», François Clavairoly a aussi déploré «les tentations nombreuses de reformulation du discours religieux sur le mode identitaire» avec des prédications sur le «réarmement confessionnel», avec la reprise de «recettes anciennes et de traditions religieuses imaginaires» mais qui sont autant de «remparts illusoires».
«Penser les nouvelles façons de dire la foi»
De même s'est-il inquiété du climat médiatique où il faudrait «offrir des événements religieux à vivre sur le mode du divertissement et du spectacle» et non sur le mode «du véritable recueillement et du discernement de l'intelligence».
Mais, a-t-il insisté, «le défi de notre engagement et l'exigence de notre foi ne sont pas de faire la une des journaux, ni même de compter nos succès comme l'on se regarde dans un miroir». Le défi demeure de «penser les nouvelles façons de dire la foi».
Le défi sociétal consiste aussi à aider à ce que «le pays puisse se parler à lui-même sans se déchirer, sur tous les sujets, dans l'espace public, y compris sur les questions spirituelles» car «l'enjeu est celui de l'avenir de notre vivre ensemble» où «chacun se respecte». Ce qui revient à prendre «le parti de croire que le politique fait sens par ses débats» afin de «redonner confiance à ce pays» par une «parole fiable dans l'espace public», loin donc des «confusions» et des «simplifications falsifiées». Nettement au rebours, en tout cas, du «temps de la ‘post-vérité' où les faits objectifs ont moins d'influence pour modeler l'opinion que les appels à l'émotion».
En France, les festivités du 500e anniversaire de la réforme protestante - c'est en 1517 que Luther afficha ses fameuses 95 thèses à Wittemberg - seront notamment marquées par un rassemblement national à Strasbourg (27, 28, 29 octobre), «Protestants en fête», sur le thème «vivre la fraternité» et d'un colloque international sur le même sujet à Paris les 22 et 23 septembre.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/01/19/01016-20170119ARTFIG00328-les-protestants-francais-combattent-ouvertement-le-front-national.php

Lire la suite

Pauvreté : "L'Autre campagne" pour la Présidentielle 2017,politiques,france,

8 Janvier 2017 , Rédigé par hugo Publié dans #politiques, #france

AINSI, SUR LES 500 000 LOGEMENTS SOCIAUX ANNONCÉS PAR FRANÇOIS HOLLANDE, LA CONSTRUCTION DE SEULEMENT 370 000 A ÉTÉ LANCÉE© ALBERT HUBER
SOCIÉTÉ  4 JANVIER 2017
Auteurs
Laure Salamon
 Imprimer
 PDF
 Envoyer

 

S'abonner
Pauvreté : "L'Autre campagne" pour la Présidentielle 2017

Le 4 janvier, deux collectifs d’associations luttant contre la pauvreté et le mal-logement présentaient leurs actions en vue de l’élection présidentielle de 2017.

Qui sont ces deux collectifs ?
Le collectif des associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans-abri et mal-logées est né après la mobilisation du canal Saint-Martin, en 2006. Il regroupe 34 fédérations, unions, fondations ou associations de lutte contre l’exclusion, parmi lesquelles la Fédération de l’Entraide protestante (FEP), le Centre d’action sociale protestant (CASP) et la Fondation de l'Armée du Salut. En 1984, face à la dégradation de la situation de la pauvreté en France, des associations qui œuvraient contre la pauvreté (Secours Catholique, Armée du Salut, FNARS, Emmaüs, ATD Quart Monde, UNIOPSS…) s’étaient regroupées pour faire des propositions qui ont notamment abouti au RMI et à la Loi Besson sur le logement. Le collectif Alerte est né en 1994 à la suite de cette première mobilisation. Aujourd’hui, il regroupe 38 structures aussi diverses que l'Amicale du Nid, la Cimade, la Croix-Rouge, Solidarités nouvelles face au chômage (SNC)...

Les deux collectifs représentent une cinquantaine d'associations, unions, fondations et fédérations qui regroupent au total 1 500 structures et 150 000 salariés qui interviennent quotidiennement auprès de quatre millions de personnes.

En quoi consiste cette « Autre campagne » ?
« Nous souhaitons déconstruire les idées fausses sur la pauvreté et montrer ce qui se passe dans la vraie vie, explique François Soulage, président du collectif Alerte. Nous voulons expliquer que le RSA ne permet pas de vivre dignement. Ensuite, nous pourrons défendre une proposition sur l’augmentation du RSA auprès des candidats à la présidentielle. Autre exemple, le non-recours aux droits. Si nous n’expliquons pas que beaucoup de personnes qui ont droit à des aides ne les demandent pas, nous ne pouvons pas défendre un revenu social de base.

» Nous voulons expliquer la différence entre ce qui est dit et ce qui se vit. Nous allons suivre la campagne et relever les contrevérités des candidats, des responsables de partis ou leaders d’opinion. Au lieu que les candidats fassent des propositions en partant du sommet sans connexion au réel, nous voulons qu'ils partent de la réalité vécue par les gens pour faire leurs propositions. Le moyen est d’utiliser les réseaux sociaux pour relayer toutes ces informations. »

Pourquoi une telle campagne ?
« C’est l’inquiétude et la colère des associations qui ont inspiré cette action, complète Florent Guéguen, un des porte-parole du Collectif des associations unies et directeur général de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS) qui regroupe près de 870 associations et organismes de lutte contre l’exclusion. Nous vivons le pire hiver du quinquennat de François Hollande. La situation du 115 est vraiment catastrophique : moins d’une personne sur deux qui l'appelle pour être mis à l’abri est prise en charge. »

Pour Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre et autre porte-parole du collectif, « des choses ont été faites comme la Loi ALUR, la loi égalité et citoyenneté, une revalorisation des minima sociaux de 10 % en cinq ans… On ne dit pas que rien n’a été fait. Mais face à l’ampleur du niveau du mal-logement et des inégalités, il fallait en faire beaucoup plus ».

« C’est le maintien d’une politique relativement maltraitante aussi, avec un hébergement bas de gamme, des plans de gestion saisonnier, un manque de solution de sorties, complète Florent Guéguen. On sait que 30 000 à 40 000 places pourraient être libérées dans les centres si les personnes pouvaient accéder à du logement très social. » Ainsi sur les 500 000 logements sociaux annoncés par François Hollande, la construction de seulement 370 000 a été lancée.

« Les associations en ont assez d’être sages, dénonce Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre. En dix ans, on compte un million de pauvres en plus ! En dix ans, on n’a pas été en capacité d’inverser les processus d’exclusion. On est sur une pente extrêmement dangereuse. La tentation est grande de baisser les bras et de trouver des boucs émissaires à cet échec. On n’a pas tout essayé, alors les deux collectifs vont porter des propositions auprès des candidats et le laisseront pas passer des contrevérités. Il en va de notre responsabilité citoyenne collective. »

« Nous en avons assez de ces discours qui affaiblissent les valeurs de solidarité que nous portons, souligne Florent Guéguen. Par exemple, les restrictions d’accès à la santé pour les migrants, le soi-disant assistanat des chômeurs, les attaques contre les emplois aidés… Nous serons comme un comité de vigilance. » Et Christophe Robert d’ajouter : « Ce qui nous a mis en colère, ce n’est pas que des citoyens soient amenés à lire des contrevérités en ligne sur les réseaux sociaux, mais que les politiques les utilisent pour ne pas se sentir concernés par le sujet ».

Sous quelle forme ?
Un site Internet qui sera mis en ligne dès fin janvier, une mobilisation sur les réseaux sociaux, qui renverront vers des propositions concrètes portées par les associations. « Ce travail indispensable sur les réseaux sociaux ne peut se faire sans des récits d’individus et des propositions concrètes expérimentées », a précisé un responsable d’ATD Quart monde. Il parle notamment du projet Territoire Zéro Chômeurs qui est actuellement en cours d’expérimentation.

Les idées fausses sur la pauvreté
Réforme avait publié, en 2015, une série sur les idées fausses sur la pauvreté, issues d'un ouvrage publié par ATD Quart monde.

Article sur "Les pauvres font tout pour toucher les aides de l’État"

Article sur "Les pauvres ne veulent pas travailler et préfèrent toucher les minima sociaux"

Article sur "N’importe qui peut se retrouver un jour à la rue"

Article sur "Les pauvres ne s’intéressent pas à la culture"

http://reforme.net/une/societe/64683-autre-campagne-presidentielle-2017

Lire la suite

L'Église protestante de France dit oui au mariage gay,protestant,france,

2 Janvier 2017 , Rédigé par hugo Publié dans #protestants, #religion, #france, #politiques

L'Église protestante de France dit oui au mariage gay
Sur la centaine de délégués de l'EPUdF, 94 ont voté pour la possibilité d'offrir une bénédiction religieuse aux couples homosexuels.
SOURCE AFP
Modifié le 17/05/2015 à 12:27 - Publié le 17/05/2015 à 12:23 | Le Point.fr
L'Église protestante de France dit oui au mariage gay. L'Église protestante de France dit oui au mariage gay. © GEORGE FREY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€
L'Église protestante unie de France (EPUdF) a adopté dimanche la possibilité de bénir les couples homosexuels, à l'issue d'un vote très largement positif. Sur la centaine de délégués de l'EPUdF réunis à Sète, 94 ont voté pour la possibilité d'offrir une bénédiction religieuse aux couples homosexuels, et 3 contre.
Ce vote donne la possibilité aux 500 pasteurs de l'EPUdF de bénir des couples homosexuels, sans pour autant y obliger ceux des pasteurs qui sont opposés à un tel geste. Le mariage n'est pas un sacrement pour les protestants, mais les couples hétérosexuels unis en mairie peuvent être bénis au temple. En France, seule la Mission populaire évangélique (MPEF), une Église beaucoup plus petite que l'EPUdF, autorise un "geste liturgique d'accueil et de prière" pour les homosexuels.
110 000 fidèles

Cette décision intervient deux ans après l'adoption de la loi Taubira sur le mariage gay. Les délégués de la principale Église protestante française sont réunis depuis jeudi autour du thème "Bénir, témoins de l'Évangile dans l'accompagnement des personnes et des couples".
L'EPUdF, qui incarne le courant historique du protestantisme français, revendique 110 000 membres actifs parmi 400 000 personnes faisant appel à ses services. Tout en se défendant d'être en concurrence avec une mouvance évangélique en forte croissance, elle parie désormais sur une démarche missionnaire pour "passer d'une Église de membres à une Église de témoins".

http://www.lepoint.fr/societe/l-eglise-protestante-de-france-dit-oui-au-mariage-gay-17-05-2015-1928961_23.php#&utm_source=ExtensionFactory.com&utm_medium=extension&utm_content=newtab&utm_campaign=extension

Lire la suite