Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
HISTOIRE DE FRANCE,HISTOIRE,POLITIQUE ET PROTESTANTISME

Pauvreté : "L'Autre campagne" pour la Présidentielle 2017,politiques,france,

8 Janvier 2017 , Rédigé par hugo Publié dans #politiques, #france

AINSI, SUR LES 500 000 LOGEMENTS SOCIAUX ANNONCÉS PAR FRANÇOIS HOLLANDE, LA CONSTRUCTION DE SEULEMENT 370 000 A ÉTÉ LANCÉE© ALBERT HUBER
SOCIÉTÉ  4 JANVIER 2017
Auteurs
Laure Salamon
 Imprimer
 PDF
 Envoyer

 

S'abonner
Pauvreté : "L'Autre campagne" pour la Présidentielle 2017

Le 4 janvier, deux collectifs d’associations luttant contre la pauvreté et le mal-logement présentaient leurs actions en vue de l’élection présidentielle de 2017.

Qui sont ces deux collectifs ?
Le collectif des associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans-abri et mal-logées est né après la mobilisation du canal Saint-Martin, en 2006. Il regroupe 34 fédérations, unions, fondations ou associations de lutte contre l’exclusion, parmi lesquelles la Fédération de l’Entraide protestante (FEP), le Centre d’action sociale protestant (CASP) et la Fondation de l'Armée du Salut. En 1984, face à la dégradation de la situation de la pauvreté en France, des associations qui œuvraient contre la pauvreté (Secours Catholique, Armée du Salut, FNARS, Emmaüs, ATD Quart Monde, UNIOPSS…) s’étaient regroupées pour faire des propositions qui ont notamment abouti au RMI et à la Loi Besson sur le logement. Le collectif Alerte est né en 1994 à la suite de cette première mobilisation. Aujourd’hui, il regroupe 38 structures aussi diverses que l'Amicale du Nid, la Cimade, la Croix-Rouge, Solidarités nouvelles face au chômage (SNC)...

Les deux collectifs représentent une cinquantaine d'associations, unions, fondations et fédérations qui regroupent au total 1 500 structures et 150 000 salariés qui interviennent quotidiennement auprès de quatre millions de personnes.

En quoi consiste cette « Autre campagne » ?
« Nous souhaitons déconstruire les idées fausses sur la pauvreté et montrer ce qui se passe dans la vraie vie, explique François Soulage, président du collectif Alerte. Nous voulons expliquer que le RSA ne permet pas de vivre dignement. Ensuite, nous pourrons défendre une proposition sur l’augmentation du RSA auprès des candidats à la présidentielle. Autre exemple, le non-recours aux droits. Si nous n’expliquons pas que beaucoup de personnes qui ont droit à des aides ne les demandent pas, nous ne pouvons pas défendre un revenu social de base.

» Nous voulons expliquer la différence entre ce qui est dit et ce qui se vit. Nous allons suivre la campagne et relever les contrevérités des candidats, des responsables de partis ou leaders d’opinion. Au lieu que les candidats fassent des propositions en partant du sommet sans connexion au réel, nous voulons qu'ils partent de la réalité vécue par les gens pour faire leurs propositions. Le moyen est d’utiliser les réseaux sociaux pour relayer toutes ces informations. »

Pourquoi une telle campagne ?
« C’est l’inquiétude et la colère des associations qui ont inspiré cette action, complète Florent Guéguen, un des porte-parole du Collectif des associations unies et directeur général de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS) qui regroupe près de 870 associations et organismes de lutte contre l’exclusion. Nous vivons le pire hiver du quinquennat de François Hollande. La situation du 115 est vraiment catastrophique : moins d’une personne sur deux qui l'appelle pour être mis à l’abri est prise en charge. »

Pour Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre et autre porte-parole du collectif, « des choses ont été faites comme la Loi ALUR, la loi égalité et citoyenneté, une revalorisation des minima sociaux de 10 % en cinq ans… On ne dit pas que rien n’a été fait. Mais face à l’ampleur du niveau du mal-logement et des inégalités, il fallait en faire beaucoup plus ».

« C’est le maintien d’une politique relativement maltraitante aussi, avec un hébergement bas de gamme, des plans de gestion saisonnier, un manque de solution de sorties, complète Florent Guéguen. On sait que 30 000 à 40 000 places pourraient être libérées dans les centres si les personnes pouvaient accéder à du logement très social. » Ainsi sur les 500 000 logements sociaux annoncés par François Hollande, la construction de seulement 370 000 a été lancée.

« Les associations en ont assez d’être sages, dénonce Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre. En dix ans, on compte un million de pauvres en plus ! En dix ans, on n’a pas été en capacité d’inverser les processus d’exclusion. On est sur une pente extrêmement dangereuse. La tentation est grande de baisser les bras et de trouver des boucs émissaires à cet échec. On n’a pas tout essayé, alors les deux collectifs vont porter des propositions auprès des candidats et le laisseront pas passer des contrevérités. Il en va de notre responsabilité citoyenne collective. »

« Nous en avons assez de ces discours qui affaiblissent les valeurs de solidarité que nous portons, souligne Florent Guéguen. Par exemple, les restrictions d’accès à la santé pour les migrants, le soi-disant assistanat des chômeurs, les attaques contre les emplois aidés… Nous serons comme un comité de vigilance. » Et Christophe Robert d’ajouter : « Ce qui nous a mis en colère, ce n’est pas que des citoyens soient amenés à lire des contrevérités en ligne sur les réseaux sociaux, mais que les politiques les utilisent pour ne pas se sentir concernés par le sujet ».

Sous quelle forme ?
Un site Internet qui sera mis en ligne dès fin janvier, une mobilisation sur les réseaux sociaux, qui renverront vers des propositions concrètes portées par les associations. « Ce travail indispensable sur les réseaux sociaux ne peut se faire sans des récits d’individus et des propositions concrètes expérimentées », a précisé un responsable d’ATD Quart monde. Il parle notamment du projet Territoire Zéro Chômeurs qui est actuellement en cours d’expérimentation.

Les idées fausses sur la pauvreté
Réforme avait publié, en 2015, une série sur les idées fausses sur la pauvreté, issues d'un ouvrage publié par ATD Quart monde.

Article sur "Les pauvres font tout pour toucher les aides de l’État"

Article sur "Les pauvres ne veulent pas travailler et préfèrent toucher les minima sociaux"

Article sur "N’importe qui peut se retrouver un jour à la rue"

Article sur "Les pauvres ne s’intéressent pas à la culture"

http://reforme.net/une/societe/64683-autre-campagne-presidentielle-2017

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article